31 mars 2011

CAMEL TRIP

 

Il est possible de faire du chameau dans le désert dans tout le Rajasthan. Mais je ne sais pourquoi, c’est à Jaslamer qu’il y a le plus de départs, probablement dû à sa proximité avec le coeur de désert du Thàr et du Pakistan.

1

Et c’est parti pour 3 jours et 2 nuits de chameau !

Une jeep vient me prendre à mon hôtel. Je fais connaissance de Naoto (japonais), Viola (chinoise) et Sumanth (indien d’Hyderhabad). A quelques kilomètres attendent nos chameaux ainsi que 2 guides.

2

hindi-asia desert team

En fait, je devrais parler de dromadaires, car il n’y a qu’une bosse. Dites moi si je me trompe… Ils devront porter selle, couvertures, provisions, eau plus le poids d’un à deux hommes. Mais pas de problèmes pour eux. Ils peuvent vivre sans eau pendant 2 semaines et se nourrissent de végétation piquante et inhospitalière. Ce sont des animaux sociaux souriants. Quand ils sont déchargés, leurs pieds sont attachés ne leur permettant que de se déplacer difficilement. Une fois sur son dos, il se lève en 3 mouvements. Après 2h de trots, votre postérieur vous demandera de vous installer autrement, de côté, comme les femmes à l’arrière des motos.

3

smiling pearcing camel

Chaqu’un a son dromadaire, le mien se nomme Mister Magu. Les guides marchent ou grimpent sur l’une des montures.

 

Entre midi et 3h, c’est la pause déjeuner suivi d’une sieste avec les mouches. Les repas se ressemblent un peu tous, mais je ne me lasse pas des carris végétariens à base de pomme de terre, tomate, ail et oignon relevé au massalé (ou curcuma).

Les verres et assiettes sont en inox car nettoyés et frottés avec du sable.La silice, ça décape…

 

Chapathi du désert :

Le riz n’est pas l’aliment de base comme dans le sud de l’Inde. C’est le chapathi qui prône ! Il existe différents types de farine pour les réaliser, celle de pois chiche est la plus utilisée.

 

Ajouter de l’eau, du sel, pétrir, bouler, aplatir avec la paume des mains afin d’obtenir une galette fine, si possible. Une poêle en fonte chaude sans matière grasse servira à colorer et cuire l’extérieur. Entreposer près des braises pour continuer la cuisson à coeur.

Mais tout d’abord, il faudra 6 pierres de taille moyenne pour former 2 foyers et un peu de bois (ultra sec, ça prend très vite !). Un feu servira à cuire le carri, l’autre à poêler les chapathis.

4

Chai du désert :

Chauffer de l’eau avec du thé noir du sucre et du lait en poudre. A une minute de la fin, infuser un bout de gingembre écrasé. Filtrer directement dans les verres.

5

On repart après la sieste car il fait trop chaud et sec.

Les photos commercialement proposées sur les brochures ne montre que des dunes de sable à perte de vue. En réalité, le désert n’est que rocks, plantes épineuses, fleurs empoisonnées, petits troupeaux de chèvre et reptiles. On croise des routes toutes les heures, mais surtout, le désert est un champ d’éoliennes à perte de vue !

7

Avant le coucher du soleil, nous arrivons enfin à se qu’appelle Viola, « the real desert ».

Les dunes de sables s’étendent sur une modeste surface de 5km². C’est magnifique, mais petite déception quand même. C’est donc sur ce château de sable que viendront 2 autres groupes de touristes. C’est l’heure du chai-carri-chapathi, un délicieux moment dans cet environnement.

8

Nous dormirons à la belle étoile. Mais nous n’en verrons pas grand-chose car la lune, pleine, a décidé de remplir toute la toile.

Le sable est agréable pour s’allonger. Il est brûlant de jour, mais aussi glaciale la nuit !

9

Voila à quoi ressemble une journée dans le désert. Nous croiserons aussi de très petits villages qui ne subsistent avec presque rien. Il y a parfois des puits au milieu de nulle part.

On m’a aussi vendu l’idée qu’on irait jusqu’à la frontière pakistanaise. On ne l’a jamais vue.

Inutile de préciser qu’il n’y a ni douche ni toilette ici, mais ça fait partie des petits charmes de cette balade.

10

Tous les hôtels proposent ce trip très touristique et usent d’arguments trompeurs. Il n’y aura aucun lien entre eux et les guides. Un séjour de 3 jours vaut 1500rps. Une fois de plus, je conseille de suivre son plan d’origine et de refuser toute autre proposition, quitte à devenir parfois désagréable. Mais je vais clôturer sur une bonne touche, comme vous pouvez le voir à travers les mots et les photos, c'est un trip bien tripant!

11

 

Posté par charles devanlay à 18:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur CAMEL TRIP

    Sympa cette traversée du désert!je gouterais bien ces fameux carris végétariens....la prochaine fois que l'on se voit, c'est toi qui cuisine!

    Posté par julie, 03 avril 2011 à 18:59 | | Répondre
Nouveau commentaire